Compte rendu

Compte rendu de la séance du Conseil communal du 23 février 2006


URGENCES

La séance devait débuter par le rejet de la demande du Collège d'ajouter en urgence un point supplémentaire dans le cadre de la motion de méfiance du code de la démocratie locale, afin de pourvoir au remplacement de l'Echevin Serge Van Bergen, déjà privé de ses compétences. Pour Etienne Knoops (MR) l'urgence ne se justifiait pas, et en cas de recours le Conseil d'Etat aurait pu annuler le point. Pour le Conseiller, le Collège démontrait encore une fois son incompétence . Pour Véronique Salvi (CdH), la méfiance ne pouvait justifier l'urgence. Celle-ci ne pouvant être invoquée que si elle est réelle, autrement, selon la Conseillère, il s'agit d'un stratagème… Anne-Marie Bouckaert (CdH) était, elle, favorable à la résolution d'un problème qui n'avait que trop duré… Le groupe Ecolo, par la Voix de Lucien Harmegnies rejoignit la position du MR. Le Bourgmestre Jacques Van Gompel précisa que le règlement d'ordre intérieur justifiait l'urgence en cas de danger " ou lorsque l'intérêt communal l'exige ", ne pas voter l'urgence équivalant à enrayer le fonctionnement du Conseil. La proportion des 2/3 de voix nécessaire à l'adoption de l'urgence ne fut pas atteinte et le point fut finalement mis à l'ordre du jour d'un Conseil extraordinaire convoqué ultérieurement.

L'ordre du jour prit un tour plus traditionnel après ces rebondissements. L'Echevin de l'Aménagement urbain Gérard Monseux apporta des précisions sur plusieurs dossiers, permettant notamment de poursuivre la rénovation du Quartier Saint-Eloi à Gosselies ou la restructuration de l'Espace Bertrand à Charleroi. Manu Simon (Ecolo) appela, pour ce dernier, à une attention toute particulière aux aspects sociaux lors de l'acquisition d'immeubles abritant nombre de " meublés ". Marc Parmentier, Echevin du Logement, l'assura que tout serait fait en ce sens, conscient que certaines personnes étaient parfois logées dans des conditions inhumaines

Parmi les points supplémentaires, en réaction à une toute récente actualité, Malika El Bourezgui (Ecolo) et Véronique Salvi (CdH) intervinrent quant à la problématique des expulsions sauvages de locataires. Le Bourgmestre resitua l'action de la police dans le cas évoqué, une intervention pour un différend avec coups entre propriétaire et locataire. La locataire a été prise en charge par une personne de sa famille pour l'héberger et un P-V a été établi sur une plainte actée ultérieurement. Les policiers sont formés pour pouvoir faire face à ces situations de crise. Marc Parmentier, Echevin du Logement, expliqua que, dès le lendemain, un appartement social avait été mis à la disposition de la personne en question et un suivi était assuré par le CPAS. La problématique des " marchands de sommeil " ne peut être résolue par la Ville seule, déjà ressentie par certains comme particulièrement sévère en la matière.

Etienne Knoops (MR)
évoqua la situation du Terril Saint Charles et sa " gestion désastreuse " entraînant des dépenses importantes pour la Ville. L'Echevin de l'Aménagement urbain Gérard Monseux décrivit, dans le détail, la chronologie de ce dossier technique et complexe, exposant les différentes responsabilités et pouvoirs en la matière. Ainsi, notamment, la police des terrils dépend de la Région wallonne et non de la Ville à laquelle on reproche aujourd'hui de ne pas avoir fait jouer une autorité dont elle ne dispose pas…

Technique aussi, la réponse de l'Echevin de l'Environnement Lucien Cariat à l'interpellation de Jacques Coupez (Ecolo) quant aux pics de pollution de l'air. Si les mesures effectuées ces six derniers mois sont en hausse, elles restent cependant dans la moyenne des teneurs observées les années précédentes et inférieures aux concentrations maximales édictées. Une vigilance accrue a été demandée aux industriels mais le trafic routier, le chauffage domestique et les conditions climatiques jouent également un rôle dans cette pollution, phénomène qui ne pourra évoluer que par un débat de société sur l'utilisation des énergies à un échelon régional, national et international.

Une question d'actualité de Manu Simon (Ecolo) portait sur l'éclairage défectueux du Passage de la Bourse. Gérard Monseux, Echevin de l'Aménagement urbain, attend un rapport précis sur ces problèmes.

Olivier Chastel (MR)
demandait, lui, des précisions quant au réseau de téléphonie fixe de la Ville. Le Mayeur Jacques Van Gompel a démontré l'intérêt de son choix d'opérateur et décrit les mesures prises suite à l'audit de mai 2004 et les économies réalisées.