Ville: Un accord engrangé avec les syndicats

Jeudi 20 Avril 2017 - 08:15

Faisant suite à un processus de négociations fructueux, la Ville de Charleroi et les trois organisations syndicales ont engrangé, ce mercredi 19 avril 2017, un accord dont la mise en œuvre sera étalée sur les années 2017 et 2018 et comprenant quatre mesures en faveur du personnel de la Ville.

Le bourgmestre en titre, Paul Magnette, et l’échevine Déléguée, Françoise Daspremont, ainsi que les membres du Collège se réjouissent de l’aboutissement du dialogue social. « Nous avons longuement travaillé avec les organisations syndicales pour parvenir à ce protocole d’accord qui apporte une amélioration légitime de la situation pécuniaire de l’ensemble des agents, avec des mesures additionnelles spécifiques aux salaires les plus faibles. Par ailleurs, ce protocole nous permet d’ouvrir le chantier de la réduction du temps de travail pour les métiers pénibles, une mesure qui nous tenait particulièrement à cœur. Ces mesures représentent une enveloppe annuelle de deux millions d’euros dont 450.000€ sont, d’ores et déjà prévus au budget 2017, pour l’augmentation de la valeur faciale du chèque-repas au bénéfice de tous les agents de la Ville, à partir du 1er juillet 2017 », indiquent le bourgmestre en titre et l’échevine Déléguée.

Au travers de ce protocole, la Ville s’engage donc à :

Augmenter la valeur faciale des chèques repas à hauteur de 5,50 € valable pour tous les agents à partir du 1 juillet 2017, soit une augmentation de 1,28 euros, ce qui représente une augmentation poche annuelle de l’ordre de 280€

Suivant les principes généraux de la Circulaire du ministre des Pouvoirs locaux du 19 avril 2013, à revaloriser les barèmes les plus bas, à partir du 01/01/2018. Cette mesure concerne un total de 1.368 agents communaux dont le salaire augmentera jusqu’à 1.200€ bruts/an pour certains d’entre eux (ce chiffre est susceptible d’être révisé, l’estimation étant réalisée au moment de la signature du protocole, il est possible qu’il soit augmenté ou diminué au moment de l’entrée en vigueur effective de la mesure);

A offrir, à partir du 01/01/2018, une réduction du temps de travail, à 4/5e temps, sans réduction de salaire aux agents âgés de 60 ans et plus et exerçant une fonction à forte pénibilité. En compensation de cette mesure de réduction du temps de travail, une embauche compensatoire est également prévue.

Le protocole prévoit enfin d’ouvrir la réflexion sur la mutualisation de certains crédits d’heures supplémentaires au bénéfice des agents durement frappés par un imprévu