Le futur Hôtel de Police

Le futur Hôtel de Police




Un bâtiment vertical, de quelques 75 m de haut, de forme elliptique, tout de bleu vêtu: voilà à quoi ressemblera la pièce maîtresse du futur Hôtel de la police carolorégienne. L'imposant projet, qui se double d'une importante extension des installations de la compagnie Charles/Danses, sise juste à côté, devrait être mené à bon port à l'horizon mi-2014 sur le site de l'ancienne caserne Defeld, en face des bureaux actuels de nos pandores, au bd Pierre Mayence.

Le projet retenu, qui prévoit également le réaménagement des espaces de la compagnie Charleroi/Danses, c'est celui porté par le groupe CFE, MDW Architecture et un certain Jean Nouvel, tout autre qu'un archiecte inconnu puisqu'il s'agit d'une grosse pointure du papier millimétré qui a à son compte notamment,  parmi ses plus belles réalisations, le Musée du Quai et l'Institut du Monde Arabe, à Paris, mais aussi la fameuse Tour Agbar, de Barcelonne. « Tous les bâtiments importants présents sur le site, soit plus des deux tiers du bâti existant seront préservés (et restaurés, dont les façades), les deux grandes ailes de la cavalerie sont conservées car elles sont un bel exemple de l'architecture en briques de la région et les écuries offrent de beaux volumes intérieurs; les annexes qui ont été construites plus récemment le long du boulevard Pierre Mayence et de la rue du Spinois seront démolies ainsi que les deux bâtiments indépendants au sud du terrain qui s'avèrent très peu fonctionnels dans le cadre d'une utilisation globale du site; l'espace ainsi dégagé permet de créer une grande place publique en accès direct depuis le boulevard Mayence; le bâtiment qui forme le porche devient un des accès à la place, le seul qui soit de plain-pied avec le boulevard; le programme sera installé en trois ailes: deux formées par les deux édifices des écuries, tout en longueur au nord et à l'est, la troisième, grâce à un bâtiment vertical à construire, une petite tour de 75 mètres de haut en forme de cylindre elliptique » précise l'auteur de projet. « Le programme est important, la surface demandée est grande, les deux corps de bâtiment couvrent à peine un tiers de la demande, il faut donc créer une troisième aile pour l'ensemble » argumente l'architecte.

Il s'agit donc de cette « petite » tour, une sorte de Reine au milieu de l'échiquier, dont la hauteur ne devrait pas dépasser les 75 m de haut: « La proposition faite est celle d'un immeuble d'une grande flexibilité et compacité, où l'on peut, très facilement, changer d'affectation les niveaux ou les relations entres les services; il s'agit avant tout de la constitution d'un repère dans la ville qui jouera comme une réponse au Beffroi; elle sera de forme elliptique, pour la rendre conviviale, et parée de briques de couleur bleue, ce qui en permettra une appropriation rapide par le public; la place sera pavée de briques comme l'environnement ancien: de grandes bandes de couleur bleue, peintes sur le sol, lieront la tour avec la place, qui sera un lieu vivant de la ville ».

Ainsi réalisé, le futur hôtel de police devrait proposer une surface utile de quelque 25.733 m2 qui se distribuent de la manière suivante: accueil: 850 m2, poste de police de Charleroi Centre: 1157 m2; bureaux divers: 17.439m2; secteur Détention: 1048 m2 (au niveau -1, accessible directement depuis le hall via un ascenseur et un escalier qui y mènent exclusivement); secteur Logistique (desservi par le rez-de-chaussée, depuis l'espace situé à l'arrière, entre les bâtiments et le mur d'enceinte).: 5.239 m2; parkings: 11.873 m2. Sont également prévus là-dedans, des vestiaires, une salle de sport (située à l'arrière du rez de la tour), une cafétéria (dans l'aile Nord de la cavalerie), des salles de cours et une bibliothèque (1er étage de la tour),

« Une Ville se doit d'avoir sur son territoire des signes, des expressions, des paysages, des forces, des marques d'ambition. Plus de 70 ans après la construction du majestueux Hôtel de Ville de Charleroi, un projet va se concrétiser qui, demain, sera un phare pour Charleroi » concède pour sa part l'échevin de l'Urbanisme Eric Massin, lequel met aussi l'accent sur la structure du financement – Public-Privé- et les 14 millions d'euros de subvention accordés par la RW.

Mais l'hôtel de police n'est qu'un des pans du projet sortis des cartons des auteurs cités ci-dessus En effet, celui-ci se double d'une extension des installations de Charleroi/Danses. « C'est à la fois singulier et stimulant d'avoir sur un même site une Compagnie de danses et un hôtel de police. C'est une des spécificités de la poétique urbaine » souligne Jean Nouvel. Sur quoi porteront ces extensions? « Charleroi/Danses se caractérise par un esprit « village »; il sera conservé et continué en introduisant les nouveaux progammes sous forme de bâtiments du même type que l'existant distribués le long de la voirie intérieur: petits bâtiments de briques abritant les logements d'artistes et les studios de danse; le lieu conservera son identité paisible et créative ».

Au total, Charleroi/Danses bénéficiera de quelques 2330 m2 d'extension distribués à raison de 721 m2 pour le Foyer/boutique/accueil, 840 m2 pour 3 studios, 135 m2 pour le logement de danseurs en résidence et 634 autres m2 pour des locaux divers.

Permis accordé

Une étape importante dans ce dossier vient d'être franchie en date du 19 juin 2012. Le ministre wallon en charge de l'aménagement du Territoire, Philippe Henry, a en effet signé le permis d'urbanisme, ce qui permet désormais d'augurer une fin des travaux (en cours en ce qui concerne la démolition des bâtiments existants), pour le troisième trimestre 2014.

Début des travaux

Le mercredi 12 septembre 2012, le bourgmestre Eric Massin a posé la première pierre de l'édifice qui accueillera nos 900 pandores. Tout le gratin politique, la hiérarchie de la police et des pompiers, le concepteur de l'édifice, l'architecte Jean Nouvel, et bien d'autres personnalités étaient présents pour assister au coup d'envoi symbolique de ce pharaonique chantier qui devrait être finalisé pour l'automne 2014. Rappelons-le, les travaux incluent également une extension des installations de la Compagnie Charleroi/Danses.

Novembre 2013

La réalisation commence petit à petit à ressembler au projet, comme l'atteste ce cliché pris à la mi-novembre 2013...