Projet Rive Gauche

 
Afin de répondre aux éventuelles questions, un numéro de téléphone, le 0479 13 95 20, est à la disposition des riverains, tout comme un site web dédié aux travaux: 

 

Il s'agit d'un ambitieux projet qui va certainement changer la face du centre-ville et la ville basse en particulier. Les travaux devraient être  terminés fin 2016.

Rive Gauche, c'est un coup de crayon audacieux qui redessine de fond en comble ce quartier de la ville basse et ses environs immédiats que sont la place Buisset ainsi que le Triangle/Parking du Moulin. D'ailleurs,  ils vont, l'un et l'autre, connaître des modifications sans précédent.

Ainsi, à son aboutissement, le projet Rive Gauche permettra d'ériger un pôle commercial d'environ 35.000 m2 (répartis sur plusieurs niveaux) où l'on retrouvera, mêlés, commerces, logements, hôtel, bureaux et parkings. Parallèlement, il permettra la mise en oeuvre d'opérations de développement immobilier à hauteur de 20,3 millions d'euros.  Ces dernières seront menées (dans un délai de maximum 10 ans à dater du début de la construction du centre commercial) dans les quartiers proches du centre commercial; elles concernent des constructions neuves et/ou en des restaurations d'immeubles existants qui seront aménagés afin de garantir une mixité de commerces, logements, hôtel, parking et bureaux.

Moteur de cette dynamique de redéploiement urbain, la place Albert 1er reprendra sa vocation de place citoyenne, lieu de convivialité et de rassemblement, décloisonnée, ouverte sur la ville et permettant des cheminements agréables et sécurisés (le prix à payer sera sûrement la disparition des colonnades). " le but est de réinvestir la centralité, de servir le citoyen ; ce sera une place qui reprendra sa dimension et sa fonctionnalité d’il y a quelques décennies ", expliquait à l'époque (fin 2009) Rydy Riccioli, architecte français internationnalement reconnu. De même, la réalisation du projet favorisera la réintégration de l'îlot Buisset au coeur de la Ville basse et la réhabilitation du Triangle. En ce qui concerne l'îlot Buiset, il sera raccroché au coeur de la ville basse; l'idée est qu'il redevienne un élément urbain charnière entre la gare du Sud et le centre-ville, notamment par la création de logements, bureaux, hôtel et commerces y compris de type horeca; quant aux Traingle/Parking du Moulin, une percée sera réalisée au travers du bâtiment du parking (transformé en un lieu de stationnement agréable et lumineux), afin d'en permettre une bonne liaison avec le bd Tirou.

La mobilité douce ne sera pas oubliée. A l'instar d'autres grandes villes, la ville basse sera rendue prioritairement aux piétons. Plusieurs centaines de places de parking seront mises à la disposition des automobilistes. Elles se situeront pour partie au droit du centre commercial (exclusivement en sous-sol afin de libérer totalement la place des voitures en stationnement) et aux alentours directs de celui-ci. De la sorte, des solutions de stationnement aux habitants et usagers actuels et futurs de cette partie de la ville basse, seront apportées dans une logique d'une meilleure mobilité.

"La réalisation du projet Rive gauche s'inscrit dans la dynamique inscrite dans la déclaration de politique du Gouvernement de la RW dans laquelle il est prévu d'amplifier la politique de reconstruction de la Ville sur la Ville, c'est-à-dire le renouveau, le renforcement et la densification des villes et de noyaux urbains existants, en les rendant attrayants » soulignait-on du côté des autorités communales.

Enfin, à noter que le projet Rive Gauche prévoit la mise en place d'une cellule d'animation et de soutien à l'activité commerçante dans la ville basse ainsi qu'un système « First Refusal », un dispositif garantissant le maintien à long terme du niveau de standing élevé du centre commerial. Centre commercial qui bénéficiera enfin (à charge du développeur), de caméras de surveillance à ses abords immédiats.

 

Mercredi 25 septembre 2013.

On a entamé ce jour la démolition de plusieurs bâtiments (vétustes et squattés) situés partie gauche de l'îlot Buisset, en face de la gare du Sud. L'opération se poursuivra juste après dans l'îlot voisin du Passage de la Bourse. Il s'agit des bâtiments qui abritaient jadis les cinémas Le Paris (devenu Paradisio) ou bien encore des bistrots et enseignes de restauration rapide tel  la Cafétéria. Seuls les bâtisses de Randstad Intérim (anciennement restaurant Le Président) et Donër Burger seront préservés. Cette étape est sensée durer entre un mois et un mois et demi.  Etant donné les problèmes posés en terme de sécurité, et vu que le projet a connu pas mal de retards, nous avons été sollicités pour accélérer la manoeuvre » faisait-on savoir du côté du promoteur.

En ce qui concerne l'îlot Bourse, il faudra compter entre 4 et 6 mois pour mettre à terre bon nombre de bâtiments situés dans les rues Puissant, du Collège, Léopold ainsi que celui qui abritait jadis Wibra, place Albert 1er. Evidemnent, pas question de toucher à la partie classée du Passage centenaire. « Cela nous amènera jusqu'au début de l'année 2014, période à laquelle nous espérons obtenir notre permis d'urbanisme. »

A ce propos justement, on le sait, celui-ci fait toujours l'objet de recours de la part de plusieurs commerçants des Colonnades. « Ca prend du coup un peu plus de temps, mais cela ne nous empêche pas d'avancer. Nous sommes actuellement en pleine négociation et avons trouvé un accord financier avec bon nombre d'entre-eux ».



OK pour le permis d'environnement

Celui-ci a été délivré par le Collège communal en date du 28 janvier 2014.

Les travaux se poursuivent. Voici une photo de l'état du chantier début mars 2014.

 

Octobre 2014

Le 6 octobre, début des plaidoiries, devant le tribunal civil de Charleroi, statuant en degré d'appel, dans le cadre de la demande en extrême urgence invoquée par la Ville au sujet des expropriations des celulles commerciales situées dans les colonnades.

En attendant, les travaux de mise à nu débutent en force sur la place Albert 1er toute proche.

 

Décembre 2014

En date du 3 décembre 2014, le tribunal civil de Charleroi a rendu son jugement dans le dernier des trois volets expropriations. Cette décision ouvre donc la voie à la démolition des colonnades prévue pour janvier/février 2015.

En parlant de délai et de procédures, l'échevine Déléguée F. Daspremont a rappelé l'essentiel. A savoir qu'en date du 1er septembre 2014, le juge de paix du 1er Canton de Charleroi a déclaré recevable mais non fondée la demande de la Ville de Charleroi de procéder à l'expropriation des biens indispensables à la poursuite de l'opération de remembrement urbain de ce quartier du centre ville. La Ville, a indiqué l'édile, a aussitôt fait appel de ce jugement devant le Tribunal de première Instance du Hainaut. Les plaidoiries sont fixées au 6 octobre, le jugement attendu pour la mi-octobre. « Dans l'hypothèse d'un jugement favorable à la Ville, les travaux de démolition des colonnades comenceront début novembre ». Avant de mettre en oeuvre la procédure d'expropriation par voie judiciaire, la Ville, a encore rappelé F. Daspremont, a fait une proprosition à l'amiable au co-propriétaires des immeubles concernés au montant estimé par le Comité d'Acquisition. « Mais ces offres sont restées sans suite. Les exigences des derniers irréductibles s'élevaient, dans certains cas, à plus de 400% de la valeur estimée ».

Février 2015

C'est finalement tout début février que les pelles mécaniques sont entrées en action. En quelques jours, il ne restait plus rien ou presque des colonnades qui abritaient de nombreux commerces ainsi que le McDonald's. La percée urbaine ainsi réalisée depuis le magain Inno jusqu'au Quai de Sambre, les travaux de construction proprement dit du nouveau complexe commercial devraient pouvoir débuter aux alentours du mois de juin 2015.

 

Mardi 19 mai 2015: Pose de la première pierre

Quand aux procédures entamées devant le Conseil d'Etat maintenant. Les 4 délibérations prises par le Conseil communal en dates du 24/10/2011, 30/04/2012, 12/07/2012 et 14/01/2014 ainsi que celle prise par le Gouvernenement wallon d'arrêter le PRU Rive gauche tel qu'introduit par la ville ont fait l'objet de recours en suspension devant la haute instance, qui les a rejetés en date du 6/12/2013 pour absence de moyens sérieux. Mais rien n'y a fait puisque les intéressés se sont fait forts d'attaquer devant la même juridiction tant le nouveau permis d'urbanisme délivré par le Fonctionnaire délégué en date du 8/07/2014 que le permis d'environnement accordé par arrêté ministériel une semaine plus tard. On en est là et la suite des événements c'est donc le 6 octobre prochain.

- See more at: http://www.charleroi.be/au-conseil-communal-du-29-septembre#sthash.PxEW6...

Sept ans après les premières acquisitions de bâtiments, un peu moins de deux ans après les premières démolitions, après maints rebondissements juridiques et judiciaires, on a enfin posé la première pierre du futur complexe immobilier Rive Gauche, à la ville basse. Un geste assez symbolique mais qui marque, officiellement, la mise en chantier de ce grand projet de revitalisation urbaine que l'on espère inaugurer en novembre 2016.Tout le gratin politique carolo- y compris notre Premier ministre, Charles Michel- en était.

« C'est un grand jour que la pose de cette première pierre. Cela fait si longtemps qu'on en parle, il y a eu tant de doutes, de rumeurs et de mystères que le voir sortir de terre est un signe de grande réjouissance pour tous les Carolos » devait déclarer le bourgmestre Paul Magnette. « Il s'agit d'un projet exemplaire: Pas d'une simple boîte posée au beau milieu du centre ville mais de quelque chose d'ouvert sur son enviornnement . L'implantation de Rive Gauche va largement contribuer à la redynamisation et à l'attractivité du centre-ville dont tous les commerces bénéficieront ».
Autant d'enthousiasme dans la bouche de Raphaël Pollet, chef de projet: « C'est la très bonne collaboration Ville - Rive Gauche – Région notamment qui nous permet aujourd'hui de poser symboliquement la première pierre d'un projet très important pour Charleroi et en particulier son centre-ville. Les difficultés liées aux procédures de demandes de permis et aux différents recours qui ont été introduits contre le projet sont aujourd'hui définitivement derrière nous ». Ce qui ne laisse donc plus planer aucune ombre sur l'aboutissement de Rive Gauche fin 2016.

Pour rappel, Rive Gauche, c'est un investissement qui dépassera les 200 millions d'euros et qui devrait générer, à terme, quelques 500 nouveaux emplois. Il est principalement composé d'un centre commercial urbain (un shopping center d'environ 35.000 m2 et de 84 cellules, dont la moitié sont d'ores et déjà réservées – le mix commercial sera largement orienté vers l'équipement de la personne), d'un hôtel de standing de 112 chambres, d'un grand parking public souterrain de 940 places sur 2 niveaux, d'une cinquantaine de logements et 35 places de parkings îlot Buisset ainsi que 960 m2 de bureaux. Le projet prévoit, en outre, la réfection complète des principaux espaces publics du quartier commerçant historique que constitue la ville basse, articulés avec les quais de Sambre, la zone commerçante du boulevard Tirou, de la rue de la Montagne et la rue de Dampremy.
Les travaux les plus poussiéreux devraient être terminés vers le mois de septembre 2015; fin 2015, le grand trou des fondations devrait être totalement refermé avec la finalisation des trois niveaux de sous-sol; en juin 2016, le gros oeuvre fermé sera terminé avant la finalisation de tous les travaux intérieurs de finition prévue entre juin et octobre 2016.