Au Conseil communal du 17 juin

Lundi 24 Juin 2013 - 10:23

Des budgets et rien que des budgets, au menu de la séance du Conseil communal du lundi 17 juin. Ceux, revus et corrigés de la Zone de Police, de la Régie Foncière, puis surtout, le plus attendu de tous: Le budget communal pour l'exercice 2013, proposé dans sa version « politique », à l'occasion de la MB1. Elle a été approuvée majorité contre opposition Ecolo-PTB+.

Après le budget « technique » en janvier, un budget fonctionnel de continuité, le budget « politique » en juin . Ce budget politique, il est (re)venu, comme annoncé en janvier dernier, en discussion lors de la séance du Conseil de ce lundi 17 juin 2013. Et à la barre, pour le défendre, au nom de la majorité tripartite, le bourgmestre P. Magnette, lequel, en toute bonne logique, a largement puisé dans le Projet de Ville/alias note de politique générale et ses 7 axes stratégiques de redéploiement présenté voici quelques mois, son argumentaire de défense.

Rappelant tout d'abord que la Ville était toujours sous plan de gestion, et que cela impliquait une trajectoire budgétaire de retour à l'équilibre financier, P. Magnette a ainsi indiqué qu'en ce qui concerne la Zone de Police, « les dépenses, à l'exercice propre sont ajustées pour correspondre aux projections ».

Pour ce qui est du Service Régional d'Incendie (SRI), « la modification budgétaire confirme la volonté de la Ville de Charleroi de répondre aux attentes du personnel en termes de renforcement de cadre puisque de nombreux recrutements et promotions vont aboutir d'ici la fin de l'année. Cela représente un effort de plus d'un million d'euros ». P. Magnette a également insisté sur les investissements dont profitera le SRI: en termes d'infrastructures (33 millions pour la nouvelle caserne) et de matériel roulant (30 millions pour l'acquisition d'une auto-échelle).

Au plan de l'aménagement urbain, « le Collège marque sa volonté de prioriser et intensifier la rénovation urbaine de Charleroi ». Il y a le programme Phénix (5.670.000€ pour la réalisation de la place de la Digue, de son parking et de sa halle, des quais de Sambre,...), mais pas seulement. « Plus globalement, les instruments juridiques autorisant la mise en oeuvre de rénovation urbaine de toute la ville basse sont désormais approuvés ou en voie de finalisation (périmètre de remembrement urbain Rive Gauche, étude de rénovation urbaine du quartier « Ville basse », PRU Parc Ouest, opération Vauban à la ville haute, réaménagement de l'espace Bertrand, schéma directeur de la Zip à Gosselies,.. ». Si l'on y ajoute le projet de reconversion du périmètre de la gare du Sud, c'est toute la zone « sud » de Charleroi qui s'inscrit dans une dynamique de rénovation urbaine de qualité dans l'optique d'attirer en ville habitants, travailleurs, commerçants et investisseurs ».

Du côté de la mobilité, « c'est également une thématique prioritaire pour le Collège; afin d'organiser au mieux les déplacements au centre-ville pour toutes les catégories d'usagers, un PCM est en cours d'actualisation; la volonté du Collège est aussi de mettre en oeuvre une réelle politique cyclable et un Plan Vélo. Les premières mesures se concrétiseront en 2013 » a ajouté P. Magnette.

En ce qui concerne la culture, « dès l'entame de cette mandature, elle s'est positionnée comme l'un des socles de redéploiement. La MB permet non seulement de maintenir les différents subsides accordés mais aussi d'approuver les investissements indispensables à la rénovation et à l'embellissement des lieux culturels. » Et le bourgmestre de poursuivre: « depuis plusieurs mois, Charleroi réapprend l'ambition et redevient une ville en projet. Cet esprit de reconquête passe par différentes candidatures » (pour la ville des mots en 2014, le challenge Métropole Culture également en 2014, la Biennale d'art urbain Asphalte). « Plus près de nous, le festival du rire à ciel ouvert animera notre centre urbain du 28 au 30 juin. L'objectif, dans la durée, est qu'il devienne un rendez-vous populaire et incontournable pour la population carolorégienne et francophonne en général ».

Quant au plan d'embauche, malgré les contraintes budgétaires, a indiqué le bourgmestre, « celui qui est proposé intègre au mieux les propositions des échevinats et de l'administration, ainsi que la mise en oeuvre de la réforme des grades légaux ».

En parlant de grades légaux, il revint au Secrétaire communal, Olivier Jusniaux, d'exprimer quelques mots d'introduction à la présentation par le menu de cette MB. Quelques mots d'introduction pour remercier l'ensemble des services qui ont travaillé d'arrache-pied pour confectionner cette MB, mais aussi pour dire combien « l'Administration avait apprécié de travailler dans un climat serein et apaisé, malgré la difficulté des enjeux, ce qui a permis d'instaurer une méthode de travail, certes à amender, mais qui, je l'espère, a indiqué le Secrétaire communal, pourra être reconduite. » «  Nous avons le sentiment d'avoir été soutenus et entendus à tous les moments de la réflexion » a-t-il conclu. Avant de céder la parolo à Eric Ridolfo, des services financiers, pour le détail de cette premièrer MB.

A l'initial, indiqua-t-il, on accusait un déficit à l'exercice propre de 4,2 millions d'€, le projet de première MB présente un déficit de 5,3 m d'€ (déficit autorisé en 2013 dans le cadre du Plan de gestion actualisé). Par rapport au budget initial, les recettes sont en augmentation de 3,8 md'€, les dépenses en augmentation de 4,9 m d'€; pour le résultat des exercices antérieures, l'intial présentait un boni de 1,6 md'€, après MB, on sera avec un déficit de 3,6 m d'€; le résultat global: 5,3 m d'€ de déficit à l'exercice propre; 3,6 md'€ aux exercices antérieurs, 13,1 m d'€ de prélèvements en bonis (intervention du CRAC dans les déficits de la RF, exercices 2011-2006), il était au budget initial de 10,6 md'€.

Du côté des dépenses, par rapport au budget initial, on a intégré 2,7 m d'€ pour la responsabilisation pensions et 400.000€ de non valeurs pour la Direction Prévention Sécurité); 2,1 m d'€ pour diverses régularisations de factures. A l'exercice propre, les recettes de prestations entre l'initial 2013 et 2013 MB1, il y a 400.000€ d'augmentation (200.000€ des recettes de garderies et 100.000€ pour la correction du canon et des autres recettes dans le transfert à la RCA des droits réels relatifs à la piscine Hélios); les recettes de transfert, elles sont en augmentation de 4,1 m d'€ (essentiellement à cause de la modification de la taxe coût vérité et subsides APE et PTP); les dépenses de personnel, par rapport à l'initial, elles sont en baisse de 3 m d'€; les dépenses de fonctionnement, elles sont en hausse par rapport à l'initial de 4,8 m d'€ (essentiellement à cause du retour aux besoins des services); les dépenses de transfert, elles sont en hausse de 1,7 m d'€.

A l'extraordinaire, le résultat était de 3 m d'€ à l'initial; il passe à 2,4 m d'€. L'évolution des modes de financement: à l'initial, 48 m d'€ étaient financés par emprunt; ils ont presque doublés dans la MB pour atteindre 91,6 md'€. Les principales inscriptions sont donc les 50 md'€ utilisés pour la recapitalisation du Fonds pension et les 33 millions pour la nouvelle caserne des pompiers, 5,7 m d'€ supplémentaires pour les projets Phénix et 4 millions d'€ pour les voiries et trottoirs dans le cadre du Plan Vauban.

Pour ce qui concerne la zone de police, l'initial 2013 présentait une dotation communale de 57,7 md'€, elle est portée après MB à 55,3 md'€ (dû pour l'essentiel à l'impact des recrutements, qui n'arriveront qu'en novembre au lieu de juin 2013); il y a aussi 200.000€ pour l'installation de caméras de surveillance et l'organisation du dispatching; pour le service extraordinaire de la Zone de Police, le financement des emprunts est de 500.000€ dont l'essentiel est causé par la révision de prix du réaménagement du bâtiment de la chée de Bruxelles, à Jumet (+ 100.000€ pour l'acquisition d'une voiture radar, moins 100.000€ pour la révision des estimations de coûts de divers mobiliers).

Après la présentation, les interventions. La première fut celle de Luc Parmentier, pour Ecolo. « Après le budget Canada Dry de janvier - c'est un budget sans en être un- vous nous aviez annoncé un budget revu en profondeur afin de lui donner un nouveau souffle. A l'issue du conclave budgétaire, nous avons pu entendre la plupart des membres de votre majorité se livrer à de grandes envolées (...). En déhors du Plan Vauban, je ne trouve pas la volonté politique de faire de Charleroi une ville où il fait bon vivre » devait noter en substance le chef de groupe des Verts, lequel regretta au passage de n'avoir pas reçu les pièces dans les délais impartis, et notamment copie du Plan d'embauche. Le plan d'embauche?  « Le seul point positif que nous avons pu trouver, c'est qu'au niveau de la MB1, le poste « personnel », bugété à 167 m d'€ en janvier 2013 a été raboté de 2 m d'€ en juin. Donc, à mon avis, on devrait plutôt parler d'un plan de débauche », dit-il avant de passer en revue quelques poins clés de ce budget modifié (les frais de fonctionnement qui avaient diminué en janvier mais qui retrouvent leur niveau de 2012, les dépenses de transfert à la hausse malgré la baisse de la dotation à la zone de police, la RCA qui est toujours dans le rouge, les travaux de la ville basse qui vont continuer à faire diminuer les rentrées parking, les spectacles du 3è Age et Rire sur la Ville, qui sont des gouffres financiers, la hausse des frais d'étude et des honoraires d'avocats, etc...) »Au niveau des recettes, les parents devront payer 200.000€ de plus pour laisser leurs enfants en garderie, mais, surtout, on retrouve les 3,1 m d'€ d'augmentation de la taxe coût vérité des déchets puisque votre majorité a décidé de se sucrer sur le dos de ses contribuables ». A l'extraordinaire, Luc Parmentier ne fut pas moins critique. D'abord les fleurs pour l'augmentation de l'enveloppe (elle passe de 48 à 92 md'€)- Enfin Charleroi se décide à investir!- et pour le Plan Vauban – mais il ne faut pas oublier que Charleroi c'est 50 autres quartiers qui, eux aussi, souffrent! Avant le coup de bâton avec cette liste de projets qui passent à la trappe, à l'instar de celui relatif à l'extension du parc communal de Gosselies (254.000€), la mise en conformité de l'hôtel de ville (1,5 md'€), ou, « de manière redondante les travaux qui ne seront pas réalisés en 2013 dans les écoles qui en ont pourtant grand besoin ».

Tout comme son collègue, Sofie Merckx (PTB+) regretta elle aussi tout d'abord l'envoi tardif de certains documents. « J'espère que le Collège changera de cap; je pense que notre ville vaut mieux qu'un jeu de bluff poker » dit-elle avant d'embrayer sur le vif du sujet. En épinglant en premier lieu le poste « personnel de cabinet ». « On notera, dans cette première MB, que les frais du personnel de cabinet augmentent de 368.000€ et ceux des détachés de cabinet de 414.000€, ce qui augmente le poste de 781.000€. Les économies annoncées seront déjà moindre que prévu » dit l'élue du PTB. « Gardons à l'esprit qu'au niveau des recettes, c'est le citoyen qui passe à la caisse ». Et elle de rappeler l'augmentation de la taxe poubelle ou celle du prix des cartes d'identité. « Entre 2011 et 2013, les Carolos auront subi une hausse de la pression fiscale de l'ordre de 30%, les recettes passant de 100 à 130 m d'€. Et d'ajouter: « Au PTB, nous avons tout de même quelques doutes quant aux choix de certaines priorités. » Si loin d'elle l'idée de remettre en cause la nécessité de certaines d'entre elles, les projets de la future carserne des pompiers ou du nouvel hôtel de police fit dire à Sofie Merckx qu' «au PTB, on aurait sans doute opté pour des projets plus modestes, tout aussi fonctionnels, mais moins bling-bling ».

Après Sofie Merckx, X. Desgain (Ecolo). « Par rapport à ce que vous nous présentez aujourd'hui, je ne vois pas pourquoi il a fallu passer par un budget technique. Avec les conséquences que cela aura, notamment pour une série d'associations du secteur culturel ou environnemental qui n'auront la confirmation officielle de leurs subsides qu'après l'été ».

Pour le reste, X. Desgain est aussi internu sur les chiffres: « vous embellissez ceux du budget extraordinaire- j'y vois une augmentation pour les voiries, mais aussi une diminution pour les bâtiments, ceux des écoles primaires en particulier. Je ne peux que le regretter. » Idem en ce qui concerne l'énergie: « Je ne vois plus rien apparaître sur l'isolation des bâtiments. Or, on sait que ce sont des investissements rentables ». Des investissements, l'élu s'est réjouit de ceux projetés pour la ville haute dans le cadre du plan Vauban, « Mais je ne peux que regretter que pour la mobilité douce, cyclable et pour les piétons, il n'y ait pas d'autres projets clairement identitiés ». Enfin, X. Desgain a pointé le volet social du budget: « On sent bien au fil des mesures que vous avez prises ces derniers temps, que votre volonté est plutôt de décourager les pauvres de venir ou rester à Charleroi que de les aider à se sortir de la situation dans laquelle ils sont ».

Voilà pour les réactions dans le camp de l'opposition. Sur le bancs des élus de la majorité, son de cloches tout à fait différent. Au nom du PS, Gérard Monseux devait souligner: « le groupe socialiste est conscient de l'âpreté des temps; nous le savons, les besoins sont énormes. Evidemment, ceux qui ne doivent pas choisir useront de mots les plus percutants possibles pour indiquer que, eux, ils feraient mieux. Critiquer pour le plaisir de critiquer est aussi à critiquer ». Sur le fond, le chef de groupe PS dit se rejouir du plan d'embauche – il permettra de colmater les fissures impressionnantes au niveau de la réponse de services essentiels à la vie communale- mais également de « l'aurore pour une série de dossiers emblématiques à l'image de la future caserne des pompiers, du nouvel hôtel de police, la remise en état des lieux occupés par les parcovilles, les initiatives à l'égard du Palais des Expos, celui es Beaux-Arts, le positionnement de la culture comme socle de redéploiement,etc... Et puis, devait terminer Grérad Monseux, avant de confirmer l'aval de son groupe à ce budget modifié, « il y a ce plan: Vauban: il ne désire pas glorifier l'art ou le génie militaire mais il constitue un message d'espoir pour le coeur de ville. Il est probablement le 1er acte de la régénération de l'espace fondateur de notre cité. Nous pensons qu'il ouvre une heureuse perspective ».

Au cdH, Mohammed Fekrioui s'est dit « heureux de voter un budget qui se veut ambitieux pour Charleroi. » Tout comme pour le plan d'enbauche, il s'est félicité du nouvel état d'esprit qui était en train de naître, de la méthode aussi, de la nouvelle approche de gestion: « Après six mois, on voit apparaître une série de mesures fortes pour le redressement de Charleroi ».

Enfin, la réaction du MR, par la voix du ministre Chastel. « Ce budget rend possible tout ce qui est souhaitable. A Charleroi, il n'y a pas de place pour le fatalisme:ce budget est résolument volontariste. Dans ce cadre-là, nous sommes rassurés de voir la plupart des projets programmés maintenus; nous sommes particuliètrement satisfaits de l'attention accordée à la ville haute avec l'inscription d'un budget extraordinaire de 5,5 m d'€ pour commencer à matérialiser le Plan Vauban, satisfaits du plan d'embauche, qui permettra de répondre aux besoins les plus urgents de l'administration. Et le conseiller MR de conclure: « Le budget 2013 est un budget maîtrisé, mais surtout ce budget est qualitativement et quantitativement de nature à répondre aux attentes des Carolos. C'est donc avec conviction et optimisme que le groupe réformateur votera cette MB ».

En guise de réplique, quelques mots du bourgmestre. D'abord, quant aux recettes de l'ATL pointées du doigt par l'oppotion. « S'il est acté une augmentation de 100.000€, ce n'est pas parce qu'on a augmenté les tarifs – dans la plupart des cas de figure ils devraient même baisser pour les familles- c'est simplement qu'en automatisant et informatisant les paiements nous espérons un meilleur taux de recouvrement de ce qui est dû ».

Concernant la problématique du ramassage scolaire (mis en exergue par Sofie Merkcx), « si on l'a supprimé un moment donné, ce n'est pas pour faire des économies, mais pour des raisons de sécurité ». Quant à la politique sociale, « le procès d'intention fait à la majorité de vouloir chasser les pauvres, je le tolère, mais honnêtement, c'est totalement sans fondement et même un peu injurieux. Vous pouvez prendre toutes les comparaisons que vous voulez, il n'y a aucune ville en Wallonie qui investisse plus que Charleroi dans le social. Et nous voulons continuer à le faire ». Enfin, un mot au sujet du budget extraordinaire: « Nous voulons aujourd'hui établir une programmation plus stratégique, donc on change de méthode. » Exit la « boîte à idées »: « ça peut donner facialement l'impression d'une baisse des investissements. Mais, je prends le pari qu'à la fin de l'année nous aurons amélioré le taux d'exécution ».

Le vote concluait la séance. Le budget modifié a été approuvé majorité contre opposition Ecolo-PTB+.