Onze nouvelles rues changent de nom

Mercredi 01 Juin 2016 - 08:27

La Ville de Charleroi poursuit son travail d'élimination des doublons odonymiques. L'échevine Déléguée aux Affaires mayorales Françoise Daspremont, a donc soumis à l'approbation du Conseil communal de ce lundi 30 mai, 11 propositions de modification d'appellation de voiries. Une opportunité pour mettre en avant d'illustres personnages ayant un lien ou ayant marqué l'histoire de cité trois cents cinquantenaire.

Parmi ces propositions, on retrouve les rues situées dans le périmètre du futur centre commercial Rive Gauche.

Voici, par ancienne commune, la liste des rues approuvées :
 
Charleroi :
 
La « rue de l’Industrie » devient « rue Arthur Regniers » : (1880 – 1952) Grand exportateur de l’Industrie carolorégienne et philanthrope réputé. Les Bureaux de la société Regniers se trouvaient à la rue de l’Industrie.   
 
La « rue Léopold » devient « rue de Charleville » : En référence à Charleville-Mézières, préfecture du département des Ardennes est située à 90 km au sud de Charleroi. Patrie de Rimbaud, qui lors de sa fugue en 1870, parcourut à pied cette distance séparant les 2 villes.
 
La « Place Albert 1er » devient « Place Verte » : Il s’agit de son ancien nom.
 
Le « Quai de Brabant » devient « Quai Arthur Rimbaud » : 
 
Arthur Rimbaud (1854 – 1891) fit en octobre 1870 une fugue qui le mena de Charleville à Charleroi : il espérait être engagé au Journal de Charleroi situé rue du Collège. Il écrivit lors de cette fugue plusieurs poèmes, dont le Cabaret-Vert évoquant la taverne la Maison Verte qui se situait Place Buisset. Le bâtiment qui abritait cet établissement et l’hôtel où il logea est aujourd’hui démoli. Le quai de Brabant est au cœur du quartier que fréquenta alors Arthur Rimbaud.
 
Le « Quai de Flandres » devient « Quai Paul Verlaine » : 
 
Le nom de Paul Verlaine (1844 – 1896) est largement associé à celui de Rimbaud, avec qui il entretiendra une liaison orageuse. En voyage avec Rimbaud, en 1872, il évoquera son passage à Charleroi (poème « Charleroi », dans « Romances sans paroles »).
Verlaine sera invité à donner une série de conférences en Belgique. Le 25 février 1893, il est accueilli à Charleroi par Jules Destrée, qui le recevra chez lui, à Marcinelle. Le lendemain, à l’Eden-Théâtre, il parle de poésie contemporaine et récite certains de ses vers.
 
Roux : 
 
La « rue Latérale » devient « rue Saint-Brèyôd » : 
 
Au champ du Sart, rue Bois du sart, à la limite de l’actuelle rue de Gosselies, se dresse la Chapelle Notre-Dame de la Consolation, construite en 1711, dite chapelle du Sart ou chapelle Saint-Brèyôd, parce que les mères y emmenaient leurs enfants pleurnicheurs pour qu’ils cessent de pleurer. Le pèlerinage avait lieu chaque troisième dimanche de septembre (voir Herregods, Histoire de Roux, tome II, p. 196).
 
Mont-sur-Marchienne : 
 
La « rue Joseph Wauters » devient « rue des Huit Heures » : Joseph Wauters (1875 – 1929), homme politique. C’est alors qu’il occupe le poste de ministre de l’Industrie, du Travail et du ravitaillement qu’il fit voter, au lendemain de la guerre, la loi des huit heures.
 
la « rue de l'Aurore » devient « rue Albert Einstein » : Albert Einstein (1879 – 1955), immense physicien, concepteur de la théorie de la relativité. Ses liens avec Mgr Georges Lemaître, né à Charleroi, concepteur de la théorie du big bang, étaient étroits (la seule personne, disait Einstein, capable de le comprendre vraiment). Il existe déjà une avenue Georges Lemaître.
 
Monceau-sur-Sambre : 
 
de « la rue du Moulin » devient « rue de l'Ernelle » : L’Ernelle est le nom du ruisseau qui passe sous la rue du Moulin et longe le parc Nelson Mandela.
 
Goutroux : 
 
La « rue des Roses » devient « rue des Sureaux » : Il y a beaucoup de sureaux dans le bois tout proche, et cette rue fait partie d’un ensemble de rues aux noms d’arbustes, ensemble qu’il faut conserver.
 
La « rue Antoine Delestienne » par « rue de la Bretagne » : Du nom de cet important quartier de Goutroux.
 
3 nouvelles voiries = 3 nouvelles appellations
 
Charleroi :
 
En raison de l’implantation partielle du centre commercial sur la place Albert 1er, une nouvelle voirie est créée (en face de la Tour Albert). Cette voirie portera le nom de « Petite Rue ». 
Gilly : 
 
A  Gilly, un nouveau lotissement est en cours de réalisation dans le quartier des Nutons. Celui-ci est situé entre les rues du Laminoir et des Nutons et, est traversé par 2 nouvelles voies publiques. 
 
Rue « des Elfes » :Le lotissement est situé dans le quartier des Nutons. Afin de donner une unité à ce quartier, il est proposé de baptiser cette rue (la plus longue du lotissement) "rue des Elfes". Les Elfes, très populaires, y compris de nos jours, sont des créatures légendaires, petites divinités de la nature et de la fertilité. Issus de la mythologie scandinave, ils ont été repris aussi dans le folklore celtique.
 
Rue « des Kobolds » : Dans le poème intitulé "Charleroi", poème inséré dans le recueil "Romances sans paroles", Paul Verlaine évoque les Kobolds "Dans l'herbe noire/Les Kobolds vont/le vent profond/Pleure, on veut croire". Il fait référence à ces êtres mythiques et légendaires, gardiens des trésors souterrains, liés au monde de la mine.