Oui au renforcement temporaire de la capacité de production de la centrale d'Amercoeur

Mercredi 07 Novembre 2018 - 08:32

Ce mardi, les membres du Collège communal ont notamment pris la décision d'autoriser le renforcement temporaire de la capacité de production de la centrale d'Amecoeur (Roux) pour prévenir le black out.

Faisant suite à l’indisponibilité partielle des 6 réacteurs nucléaires belges en cette fin d’année 2018, nous pourrions faire face à une pénurie d’électricité sur tout le territoire national cet hiver, surtout si celui-ci est rude.

Dans le cadre du plan d’urgence de lutte contre le black-out, la Région wallonne a sollicité de la Ville de Charleroi, l’autorisation d’augmenter la capacité de production de la centrale d’Amercoeur, pour une période de 3 mois maximum et ce, uniquement si la nécessité d’y recourir se fait jour.

En sa séance de ce 6 novembre, le Collège communal a octroyé, sous conditions et temporairement à « Engie Electrabel », la possibilité d’augmenter, en cas de pénurie, la capacité de production de cette centrale au moyen de groupes diesel.  Avant de prendre sa décision, le Collège communal s’est appuyé sur les avis de trois instances spécialisées : l’Agence wallonne de l’Air et du Climat, la Direction générale de l’Energie, et le fonctionnaire technique de la Région wallonne. Tous trois ont rendu un avis favorable précisant que les éventuelles nuisances sonores qui pourraient être émises par les groupes électrogènes sont maîtrisables.

S’il est activé, ce permis ne couvrira qu’une période strictement limitée à trois mois à partir du premier jour effectif de l’exploitation. L’enquête publique n’est, dans ce cas précis, pas requise. Néanmoins, la décision du Collège communal fera l’objet d’un affichage public endéans les 10 jours et pour une durée de 20 jours.

Par cette décision, la Ville souhaite éviter que les citoyens ne se retrouvent sans électricité et dans des situations inconfortables cet hiver.

Ville et CPAS : un partenariat neuf et utile à la Docherie

Le Service Action Migrants du CPAS de Charleroi met en place différentes actions afin de favoriser l’accueil, l’information et l’intégration des personnes étrangères ou d’origine étrangère. Il est installé dans le quartier de La Docherie à Marchienne-au-Pont où il partage les locaux de l’Espace citoyen.

Une convention sera proposée au Conseil communal de novembre afin d’entériner une collaboration de terrain entre le service et l'école communale de Marchienne Docherie dans le but de prévenir et éviter le décrochage scolaire précoce.

Il consistera en un soutien des institutrices maternelles par un agent du Service Action Migrants compétent en apprentissage du français comme langue étrangère (FLE). Des cours de remédiation seront organisés une fois par semaine au sein de l'école. Des moments d'information et d'échange avec les parents seront organisés en collaboration avec la direction de l'école.

C’est une collaboration de proximité intéressante où les compétences de chacun se renforceront : « Les institutrices et l’agent d’intégration pourront combiner leurs méthodologies et leurs approches afin de combler rapidement les lacunes des élèves en français » estime l’échevine de l’Enseignement, Julie Patte. « Dans d’autres écoles, des enseignants travaillent l’adaptation à la langue de l'enseignement avec les enfants pendant des périodes de garderie. Plusieurs écoles sont également très attentives à la coéducation. D’une certaine manière, cette synergie avec le CPAS combine les deux ». précise-t-elle.

De son côté, Le président du CPAS, Eric Massin, se réjouit bien évidemment « de la politique et des actions menées par le service Actions migrants pour favoriser l’implication des personnes d’origine étrangère adultes et enfants au sein de la société et de permettre ainsi de faciliter leur émancipation et leur épanouissement ».