Découvrez le bilan 2018 des Etats Généraux de la Jeunesse (EGJ)

Vendredi 30 Novembre 2018 - 10:50

Plus d’activités, plus de Maisons de Jeunes, plus d’inclusion, et autant de nouveaux paris remportés pour la jeunesse ! En effet, deux ans après un vaste sondage visant à mieux cerner les aspirations de nos 50.000 jeunes Carolos, la poursuite de la mise en œuvre des Etats Généraux affiche un bilan plus que généreux sous l’égide de l’échevine Julie Patte.

« Ce travail, nous le devions aux 50.000 jeunes qui incarnent la jeunesse de Charleroi et qui sont les acteurs, les adultes et le moteur de la Ville de demain. Nous avons énormément travaillé depuis 2016 pour rencontrer un maximum de demandes de notre jeunesse. C’est un chantier colossal qui a mobilisé toutes les énergies de nos partenaires ainsi que celles d’un grand nombre de services de l’administration, notamment le service jeunesse qui en a assuré la coordination. Et les résultats sont là ! Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont rendu ces réalisations possibles. Bien sûr, on peut encore aller plus loin et je ne doute pas que mon successeur, Karim Chaïbaï, reprendra les projets en cours avec énormément d’enthousiasme. C’est en tout cas pour moi une grande fierté de passer le relais forte de tous ces nouveaux projets qui, j’en suis sûre, monteront en puissance au cours de la prochaine mandature », indique Julie Patte.

Parmi les réalisations-phares de ce cru 2018, et en marge de la brochure de bilan des EGJ (jointe au présent) depuis leur création, nous pouvons retenir :

L’augmentation de l’offre d’activités durant les vacances (p.7), avec des plaines de jeux Peps plus inclusives que jamais grâce à un projet pilote d’intégration d’enfants « extraordinaires » au sein de la plaine de Marcinelle, le stage Enjoy in C dédié aux ados organisé par le service Jeunesse, une collaboration avec la province pour la création de stages sportifs supplémentaires pour les 6 – 15 ans.

La création de nouvelles Maisons de Jeunes (MJ) : La permanence de la nouvelle Maison de Jeunes de Roux est accessible depuis le mois de mai 2018. Un autre projet de MJ, à Jumet, est par ailleurs en cours. (p.5)

Des procédures administratives simplifiées pour l’organisation d’évènements et la location de salle via l’acquisition et la mise en place (en 2019) d’un programme en ligne (p.8)

La mise à disposition de l’interface info.jeunesse@charleroi.be qui centralise les demandes des jeunes et les oriente vers le service ou l’opérateur adéquat. A diffuser massivement !! (p.8)

Le développement d’activités dans les lieux publics par le biais d’animations du type des pic-nics urbains. Ceux-ci  doivent servir de modèle d’inspiration pour  développer d’autres initiatives permettant aux jeunes de davantage s’approprier l’espace public  (p18)

Les nouvelles technologies au cœur de Charleroi avec Cinécole 2.0 (ce programme d’éveil au cinéma et à la culture dont la formule a été élargie cette année pour s’ouvrir au gaming, à l’opéra etc.) ; l’étude du Wifi urbain, Digitalent, Becode, Spawn café sans oublier l’application Charleroi life (p.12, 18,19)

Les Etats Généraux de la Jeunesse

La Ville de Charleroi compte près de 50.000 habitants âgés de moins de 25 ans. Cela représente donc un habitant sur quatre et cela donne l’ampleur des enjeux liés à la "politique de la jeunesse" si l'on veut garantir que la mutation et la redynamisation en marche à Charleroi soient un succès.

C’est dans cet esprit qu’à l’initiative de l’Echevine Julie Patte, une vaste consultation populaire ciblant les jeunes a été lancée en 2016. Celle-ci a abouti, en novembre de la même année, aux Etats généraux de la Jeunesse, une véritable radioscopie du paysage de la Jeunesse d’aujourd’hui et, surtout, la compilation de ses attentes et de ses besoins à l’échelle du territoire de Charleroi.

« Les Etats généraux de la Jeunesse sont le fondement même et le matériau premier de notre politique pour les jeunes. Nous les avons conçus avec eux, avec les opérateurs du secteur et les services de l’administration, je les ai personnellement présentés à la Ministre de tutelle en Fédération Wallonie-Bruxelles, Isabelle Simonis qui nous a accordé six mi-temps supplémentaires en 2018 au profit des maisons de jeunes et 25.000 euros pour le soutien au gaming », indique l’Échevine Julie Patte. « Notre travail est même cité en exemple par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui les a repris dans le cadre de son projet pilote Vers une politique locale de jeunesse plus participative. Et pour cause, c’est cette excellente collaboration entre toutes les institutions en lien avec la jeunesse, les jeunes et les acteurs de terrain qui nous a permis de créer de la cohérence, de faire correspondre des attentes aux moyens de les satisfaire et, partant, de dégager autant de résultats concrets pour nos jeunes ». 

Retrouvez le bilan des Etats Généraux de la Jeunesse sur https://www.charleroi.be/egj