L'architecte Jacques Depelsenaire retrouve son Central Park

Mercredi 04 Mars 2015 - 12:33

Dessiné voici plus d'un demi-siècle par Jacques Depelsenaire, l'espace vert faisant front à l'ancien Hôptal Civil, dont il avait également conçu les plans, était devenu, au fil des ans, un lieu bien en manque d'homogénéité. Revu et corrigé dans la foulée des extensions du Palais de Justice, c'est désormais un superbe parc qui s'offre au public en plein coeur de la ville haute. Le Central Park portera, désormais, le nom de ce brillant architecte carolo.

Avec le temps, va, tout s'en va chantait le poète... Le bel espace vert devant servir d'écrin au Palais de Justice érigé milieu du siècle dernier était devenu, reconnaissons-le, une pâle copie de l'épure dessinée par celui qui, avec Joseph André (les Colonnades et l'Hôtel de Ville), aura marqué de son crayon et de son équerre, l'architecture carolorégienne.

Au fil des ans en effet, le beau jardin paysager parsemé d'oeuvres d'artistes et d'artisans de la région imaginé par l'architecte visionnaire à qui l'on doit aussi, rappelons-le, le Centre Leburton de Marcinelle (Centre de Délassement) ou encore la Tour Albert et l'ancien CHU du bd Janson, avait fait place à un lieu composite à peine identifiable. Qu'à cela ne tienne, et profitant de l'opération d'extension de la maison de Thémis, des aménagements furent entrepris à l'endroit dès 2011 afin de lui rendre son lustre d'antan.

Ces aménagements, concus par les architectes Jean-Pierre Hernalsteens et Philippe Mousset pour le compte de la Régie des Bâtiments, permettent désormais aujourd'hui de (ré)apprécier un espace vert (le plus vaste du centre ville) qui a retrouvé une pleine identité spatiale et une parfaite homogénéité. Du haut de leur socle, Totor et Tutur, les gardiens du Temple, admirent, avec les promeneurs, la mutation toute en perspective à laquelle participent bien des éléments pour le plaisir de l'oeil que sont, par exemple, cette belle sphère en acier inoxydable signé par le sculpteur DIOR (don de la Fondation Georges Lemaître, grand astrophysicien de Charleroi et auteur du concept du Big Bang ) posée au centre d'un plan d'eau servant de miroir à lancien institut du Verre scintillant.

Bref, ainsi que l'indiquait le président du Tribunal de Commerce, Jean-Philippe Lebeau, lors de l'inauguration de ce nouveau parc, ce mercredi matin, en présence de nombreuses personnalités, « Il est désormais digne de Jacques Depelsenaire et de Charleroi ».

"L'avantage d'avoir rebaptisé le site, indiquait pour sa part le bourgmestre Paul Magnette, lequel était entouré pour l'occasion de son équipe scabinale quasi au grand complet notamment et de plusieurs conseillers communaux, « c'est de rappeler l'histoire »; celle de Charleroi, une ville composée d'anciennes communes fusionnées, qui n'assume pas encore tout-à-fait son statut de métropole: « Charleroi a besoin de réalisations comme celles-là pour créer de la cohésion ». L'autre avantage de ce projet abouti, « c'est d'avoir recréer un véritable îlot central autour des voiries environnantes, de reformer une unité, à même d'augmenter nos ambitions et exigences urbanistiques ». Et puisque l'on parle d'ambitions, " En accord avec la Régie des Bâtiments, on pense à un remembrement de l'ensemble de l'espace ». Qui est plus, on le sait, qu'un plan sur la comète...