Phénix bénéficiera du financement européen

Le projet Phénix présenté à l’automne par l’échevin Eric Massin, c’était 10 projets complémentaires. Deux d’entre eux n’ont pas été retenus. D’une part, la création de portiques végétaux destinés à marquer les entrées de ville, à la route de Mons et route de Philippeville par exemple. D’autre part, une ballade environnementale et culturelle à travers des panneaux éducatifs sur la protection de la nature et la modification des comportements combinés à des reproductions d’oeuvres d’art contemporain. De belles idées, mais qui étaient objectivement les moins " porteuses de valeur ajoutée " pour Charleroi.

Rappelons donc brièvement les huit projets retenus :

  1. Revitalisation de la Ville Basse : le " triangle " (rues du Moulin, Desandrouin et de la Fenderie) pose de multiples problèmes : prostitution, insécurité, dégradation du bâti, circulation,… La Ville de Charleroi aménagera des espaces piétonniers et semi-piétonniers, démolira des immeubles vétustes au bénéfice d’espaces publics verdoyants. L’échevin de l’Aménagement urbain aimerait donner à ce quartier une destinée comparable à la rue Dansaert, ancien chancre bruxellois devenues une rue " branchée " faite de boutiques et ateliers de créateurs.
  2. Passerelle végétale à la Rue de la Montagne : le projet doit assurer la pérennité de l’activité commerciale, mettre en évidence le patrimoine immobilier et réhabiliter les étages en logements et bureaux. Il reliera notamment les principales implantations culturelles et touristiques de la Ville Base et de la Ville Haute : Palais des Beaux-Arts, Maison du Tourisme, Hôtel de Ville,…
  3. Aménagement de la Place de la Digue : création, sur la partie située le long de la rue du grand Central, d’un forum couvert où le marché de la ville basse pourrait retrouver sa place initiale. Cet espace permettra l’organisation d’événements culturels et populaires. La Ville souhaite procéder à une large consultation des commerçants, riverains et utilisateurs avant de lancer cet aménagement.
  4. Aménagement des Quais de Sambre : rendre leur rivière aux carolos et briser une barrière presque naturelle depuis le milieu du 20ème siècle. Des quais agréables où il fait bon flâner, s’attarder aux terrasses sans circulation excessive.

  5. Porte des Arts : une façade artistique au bâtiment de l’ancienne Banque National acquis par la ville et dont l’affectation future n’est ps encore déterminée (l’idée de musée communale ne fit pas l’unanimité). Cette porte, appliquant des technologies nouvelles et durables, assurera également la production énergétique d’une partie du bâtiment.

  6. Multimodale commerciale à la Gare de l’Ouest : cette action rail/route permettra du "Stock tampons " pour les commerces situés à l’intérieur du ring. Un système de service par transport "propre" assurera les livraisons des commerces en centre ville, supprimant le transit des camions dans des rues qui ne leur sont pas destinées. Ce bâtiment autonome énergiquement (à 70 %) sera agrémenté de végétation afin de rendre agréable la vue du ring.

  7. Coeur vert pour la place Albert I : une place où le végétal aura une large place au centre de Charleroi. Un moteur de dynamisme commercial propice aux investissements envisagés par des opérateurs privés.
  8. Création d’une passerelle piétonne au dessus de la Sambre, en connexion directe avec les autres projets.

Un autre projet présenté par la Ville de Charleroi n’a pas été retenu. Il visait l’aménagement des espaces publics autour du Musée de la Photographie dont la nouvelle aile sera inaugurée la semaine prochaine. Même sort pour la fiche déposée par le Commissariat Général au Tourisme pour finaliser le site du Bois du Cazier. Dommage. Mais la Gouvernement wallon a dû opérer des choix difficiles puisque la somme des projets présentés par toutes les villes et communes représentait trois fois l’enveloppe disponible.

Les services de l’Aménagement urbain vont maintenant se mettre au travail et désigner un maître d’ouvrage délégué qui coordonnera les chantiers. Les travaux pourraient débuter en 2009 ou 2010 et devront être terminés en 2013.

Phénix vise le centre de Charleroi