Charleroi

La radicalisation peut être définie comme un processus selon lequel des personnes adoptent un système de croyances extrêmes – comprenant la volonté d’utiliser, d’encourager ou de faciliter la violence – en vue de faire triompher une idéologie, un projet politique ou une cause comme moyen de transformation sociale”.1

Depuis les attentats terroristes commis en Europe, la Ville de Charleroi accorde une attention particulière à la lutte contre l’extrémisme violent. 

Depuis 2015, avec le soutien du SPF Intérieur, elle s’est dotée d’un plan d’action radicalisme local et d’une Cellule de Sécurité Intégrale Locale en matière de radicalisme, d’extrémisme et de terrorisme, pour développer une approche intégrée et intégrale du phénomène de radicalisation. 

Une chargée de projet en prévention des extrémismes violents se charge de diagnostiquer et d’évaluer la problématique. 

Elle veille à la bonne articulation entre les mondes socio-préventif et sécuritaire en créant des plateformes de concertation. 

Au bénéfice du réseau, elle développe des projets de prévention, de sensibilisation et de formation. 

Et, pour répondre aux besoins des citoyens, elle accompagne des personnes en voie de radicalisation violente, leurs proches et des intervenants de terrain, et elle les oriente vers des services spécialisés, si nécessaire. 

La chargée de projet en prévention des extrémismes violents est le point de contact de la Ville, à l’écoute des professionnels et des citoyens en matière de radicalisation, qu’elle soit liée à l’extrémisme politico-religieux, de droite, de gauche ou à cause unique. 

1 Définition du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV) du Québec. Site Internet : https://​info​-radical​.org/fr/