Charleroi

Charleroi protège ses animaux

V oici quelques informations qui vous aideront à prendre soin de vos animaux tout en veillant à respecter l’espace public : que faire lorsque l’on a perdu son animal ? Que doit-on prendre en compte avant l’adoption ? Qu’est-ce qu’un nuisible ? Quels besoins pour les NAC ?

Adopter un animal

Adopter un animal de compagnie est une décision importante, vous serez responsable de son bien-être tout au long de sa vie ! Il faut être prêt.e à lui consacrer du temps et des moyens financiers. 

Tournez-vous de préférence vers les refuges : ceux-ci sont surpeuplés d’animaux abandonnés, vous sauverez un malheureux ! En plus, ces animaux seront déjà vaccinés et vermifugés par le refuge. 

Choisissez votre animal en fonction de votre mode de vie et de logement : certaines espèces et races ont besoin de suffisamment d’espace et d’attentions particulières, d’autres sont déconseillées avec de jeunes enfants… Et si vous avez déjà d’autres animaux, réfléchissez au risque qu’ils n’acceptent pas le nouvel arrivant. Renseignez-vous auprès d’un vétérinaire ou d’un refuge pour vous assurer de la compatibilité entre vous et les besoins de votre animal !

  • OBLIGATIONS DE BASE

Identifiez et enregistrez votre animal de compagnie chez le vétérinaire, à l’aide d’une puce électronique : cela permettra de le retrouver plus facilement s’il s’égare. Mettez-lui aussi un collier avec votre nom et numéro de téléphone s’il a accès à l’extérieur. En Wallonie, tous les chiens doivent être identifiés et enregistrés chez DogID et les chats doivent être enregistrés dans CatID depuis le 1er novembre 2017.

Faites vacciner votre animal : chiens, chats, furets et lapins peuvent être touchés par des maladies mortelles, la vaccination permet de les en protéger !

Offrez-lui une alimentation, des soins et un logement ou un abri (s’il reste à l’extérieur) qui conviennent à sa nature, à ses besoins physiologiques et comportementaux, à son état de santé et à son degré de développement.

  • PARTIR EN VACANCES

Depuis 2004, les règles pour voyager avec un chien, un chat ou un furet sont identiques dans tous les États membres européens : l’animal doit être identifié et enregistré, disposer d’un passeport européen (remis lors de l’identification) et être vacciné contre la rage (la première vaccination doit être effectuée au moins 21 jours avant le départ). Certaines destinations imposent des conditions supplémentaires, renseignez-vous bien avant votre départ !

Vous comptez partir en vacances, mais n’avez pas la possibilité de prendre votre animal avec vous ? Vous pouvez le confier à un proche, faire appel à un·e gardien·ne (il existe de nombreux sites Internet dédiés au « petsitting ») ou le mettre en pension où il sera hébergé le temps nécessaire.

  • ACCÈS AUX SOINS GRATUITS

La Fondation Prince Laurent vient en aide aux personnes précarisées en leur offrant des soins vétérinaires gratuits : un dispensaire s’est installé à Charleroi !

La SPA de Charleroi prodigue également des soins vétérinaires accessibles pour les personnes aux revenus limités et ne répondant pas aux critères de la Fondation Prince Laurent (voir ci-dessus). Les propriétaires des animaux doivent répondre aux limites de revenus imposables définies pour les personnes vulnérables et/​ou bénéficier d’un statut particulier (Grapa, allocations aux personnes en situation de handicap, famille mono-parentales, demandeuses et demandeurs d’emploi…)

  • DÉCÈS DE VOTRE ANIMAL

Lorsque votre animal décède, confiez-le à votre vétérinaire qui veillera à sa crémation, ou vous pouvez l’emmener vous-même dans un crématorium ou au cimetière pour animaux domestiques de la SPA. Enterrer un animal dans votre jardin est interdit, pour des raisons d’hygiène.

  • Cimetière animalier de la S.P.A. de Charleroi, Rue E Vandervelde 115, 6032 Mont-Sur-Marchienne, 07/136.19.77

Columbarium à la S.P.A. de Charleroi : récemment, un columbarium de 12 places a été aménagé dans le cimetière, pour accueillir les cendres de votre animal. Prix de la concession : 400€, valable 10 ans. Prix de l’incinération : varie en fonction de l’animal. Possibilité d’ajouter une plaque gravée ou une photo pour une centaine d’euros.

Animal abandonné, perdu ou errant

Si vous rencontrez un animal qui semble perdu, abandonné ou errant, vous devez le signaler au service du bien-être animal (bienetreanimal@​charleroi.​be, 071/86.46.39), le déposer chez un·e vétérinaire, à la SPA ou dans un autre refuge. Le ou la responsable d’hébergement en devient propriétaire après 20 jours. C’est pourquoi il est très important d’enregistrer et d’identifier votre animal, cela vous permettra de le retrouver rapidement.

Vous avez perdu votre animal ? Signalez-le à votre vétérinaire qui l’indiquera dans la base de données où il est enregistré ; prévenez également vos voisin·e·s, les gardien·ne·s de paix et les refuges les plus proches, distribuez-leur des affiches et publiez une annonce sur les réseaux sociaux. Il existe aussi des sites Internet dédiés aux animaux perdus et trouvés : 

Les citoyen.ne.s carolos responsables de leurs animaux

Parce qu’adopter un animal, ce n’est pas comme acheter un sac à main, la Ville de Charleroi réitère sa campagne de sensibilisation « On compte sur toi ! », qui vise la responsabilisation des Carolos par rapport à l’adoption et l’abandon de leurs animaux. 

La responsabilité envers un être vivant

Outre le fait que l’abandon est punissable par la loi et passible d’amendes, un abandon sauvage peut causer des dommages (accidents de voiture, morsures, …) qui seraient imputables aux propriétaires de l’animal laissé sur la voie publique. 

Le point commun entre la décision d’adopter un animal et celle qui contraint à l’abandonner, est le fait de rester responsable. On pèse le pour et le contre avant, et si on se trouve dans l’impossibilité de garder l’animal, quel que soit le motif, on choisit une solution qui ne met ni l’animal en danger, ni la société.

Des solutions existent ! 

Tout d’abord, avant de décider d’adopter, la Région wallonne propose d’obtenir son « Permis d’adopter » grâce à un questionnaire à la portée de toute la famille. Qu’il s’agisse d’un chien, d’un chat, d’un poisson rouge ou d’un hamster, le site www​.pense​-bete​.be propose ainsi une série de question auxquelles on ne pense pas forcément : Ai-je l’espace, le temps, les moyens nécessaires pour accueillir un animal ? Les autres membres de la famille partagent-ilsce projet ? Sommes-nous conscients des dégâts que peut causer cette petite boule de poils si mignonne ?

Ensuite, si la personne ne peut garder l’animal, différentes options peuvent être envisagées :

Si c’est temporaire, dans le cas de vacances ou d’hospitalisation par exemple, il existe des pensions, et différents systèmes de garde.

Si l’abandon doit être définitif, des sites comme J’adopte.be, des structures comme Cat Rescue asbl ou encore bien sûr la SPA peuvent recueillir l’animal en toute sécurité et veiller à lui trouver une nouvelle famille.

Animal blessé sur la voie publique

Si vous rencontrez un animal blessé, contactez le Service d’intervention de la Police (071/21.03.33) pour les informer de la situation, ils rédigeront un PV et vous donneront les coordonnées du service vétérinaire compétent pour apporter les premiers soins à l’animal. En l’absence d’un ou d’une propriétaire, l’animal sera ensuite hébergé à la SPA considérant qu’il devient alors un animal abandonné.

S’il s’agit d’un animal sauvage (renard, chevreuil, sanglier, …) contactez le Département de la Nature et des Forêts du Service public de Wallonie au 1718 (appel gratuit).

S’il s’agit d’un hérisson ? Contactez le CREAVES à l’annexe Hérisson situé à Jumet au 0475/96.12.69.

D’un oiseau (Pigeons, perruches, colombes) ? Contactez le Centre Au bonheur de Vica — 0494/66.40.80

Autres types d’oiseaux ? Contactez le CREAVES Birds Bay Wavre — 0495/31.14.21

Repérer un animal maltraité

Si vous êtes témoin de maltraitance, informez la police locale ou le service du bien-être animal : un agent constatateur pourra procéder à la saisie de l’animal si nécessaire. Maltraiter un animal, c’est lui faire subir un acte visant à le faire souffrir mais cela concerne aussi des actes de négligence : même si l’on s’abstient d’être cruel, on peut faire souffrir un animal par méconnaissance de son mode de vie, maladresse ou inattention. On parle de négligence ou maltraitance animale lorsque :

  • Leur espace de vie est trop petit ou inadapté ;
  • Ils sont régulièrement enfermés et ne peuvent pas se mouvoir suffisamment ;
  • Ils présentent des plaies non soignées ;
  • Leur accès à l’eau et à la nourriture est insuffisant ;
  • Leur alimentation ne leur convient pas ;
  • Ils sont laissés dans une voiture au soleil sans aération ;
  • Leur laisse est trop serrée et/​ou trop lourde ;
  • Ils sont constamment réprimandés, punis par la privation et vivent dans la peur de leur maître ;
  • Ils sont battus par leur maître.

Signaler un animal maltraité ou en danger :

Chats, chiens, NAC

POURQUOI STÉRILISER VOTRE CHAT ?

La surpopulation féline est un véritable problème à différents niveaux. Tout d’abord, les refuges doivent faire face à un afflux qui devient ingérable, les chats se reproduisant à très grande vitesse et étant bien souvent victimes d’abandon – et cela les contraint souvent à des euthanasies. 

Ensuite, ils représentent un danger pour la biodiversité, en raison de leur instinct de chasseur : on estime qu’ils sont responsables, à travers le monde et sur les 500 dernières années, de la disparition de 63 espèces de mammifères, reptiles et oiseaux. La régulation par la stérilisation joue donc un rôle majeur pour préserver l’équilibre de l’écosystème, les chats n’ayant quasiment plus de prédateurs.

Enfin, il en va également de leur propre bien-être : les cancers mammaires et des ovaires sont fréquents chez les femelles non stérilisées. Il y a aussi de multiples avantages comportementaux : ils seront moins agressifs, plus sociaux, moins fugueurs et n’urineront plus partout pour délimiter leur territoire.

STERILISATION PAR LA VETERINAIRE COMMUNALE DES CHATS ERRANTS

Vous êtes si nombreux et nombreuses à affectionner et à veiller au bien-être des chats des rues en les nourrissant. De son côté, la Ville dispose d’un marché visant à répertorier ces chats dans une base de données ainsi que du matériel nécessaire à la stérilisation de ces animaux.

Une convention a été établie avec des ASBL chargées de repérer ces chats et de les amener auprès des services de la Vétérinaire communale afin qu’elle procède à leur stérilisation gratuitement. En votre qualité de citoyen et citoyenne, si vous avez des chats qui n’appartiennent à personne dans votre jardin, aux alentours de votre habitation et que vous souhaitez leur venir en aide, vous pouvez les emmener vous-mêmes à la vétérinaire :

Informations utiles : Service bien-être animal de la ville de Charleroi : bienetreanimal@​charleroi.​be, 071/86.46.39

CARTE DE NOURRISSAGE 

La ville décerne des cartes d’accréditation pour les nourrisseurs et nourrisseuses de chats errants en veillant à respecter la propreté publique, pour une validité d’un an et renouvelable en respect de plusieurs contraintes.

Informations utiles : Service bien-être animal de la ville de Charleroi : bienetreanimal@​charleroi.​be, 071/86.46.39

Les chiens

Un chien a besoin de sortir pour faire ses besoins, de marcher et courir à l’air libre pour se dépenser : en tant que propriétaire, vous vous êtes engagé·e à lui permettre de satisfaire ces besoins fondamentaux. Un chien en manque d’exercice peut présenter des troubles du comportement comme la nervosité, l’anxiété, l’aboiement jour et nuit et le trop-plein d’énergie. Promenez-vous avec lui plusieurs fois par jour dans la rue, parcs, terrils, bois, … Il existe en Belgique de nombreuses aires de jeux pour chiens où ils pourront courir librement sans laisse afin de se défouler et sociabiliser ; de tels espaces sont en projet à Charleroi. Visitez par exemple le parc de la Serna (Jumet), qui propose un parcours canin composé de 10 étapes.

  • ÉDUCATION

Éduquer votre chien un minimum est essentiel pour lui apprendre à se comporter dans l’espace public et à ne pas attaquer les autres (humains comme non-humains), mais également pour renforcer votre relation : en lui apprenant à comprendre des mots, phrases et attitudes, vous arriverez à mieux communiquer, dans les deux sens ! Renseignez-vous auprès d’un·e vétérinaire ou comportementaliste qui vous indiqueront des méthodes d’éducation respectueuses, ou tournez-vous vers des centres spécialisés dans le dressage.

  • PROMENADE

Lors de la promenade, il est obligatoire de tenir votre chien en laisse (collier ou harnais), avec une muselière si besoin – vous garantirez ainsi sa sécurité et celle des autres, chiens comme humains ! Ne laissez pas votre animal se balader seul, sans surveillance, sur la voie publique : cela pourrait le mettre en danger ainsi que les autres passant·e·s. Veillez également à ramasser ses déjections à l’aide d’un sac prévu à cet effet : abandonner des déchets sur la voie publique, y compris les déjections de votre animal, est passible d’une amende administrative pouvant aller jusqu’à 350€ !

Il est interdit de mettre un chien à l’attache s’il est tenu à l’intérieur d’un bâtiment fermé ou dans une propriété clôturée. S’il est tenu à l’extérieur : aménagez un enclos de sorte à l’empêcher de le franchir.

  • CHIENS POTENTIELLEMENT DANGEREUX

Le port de la muselière est une mesure préventive OBLIGATOIRE pour tout chien potentiellement dangereux, que ce soit en raison de son caractère, de ses attitudes, de son dressage ou d’antécédents agressifs ; le non-respect de cette mesure entraînera la saisie administrative de l’animal. Toute race de chien peut montrer un comportement dangereux – toutefois, une liste spécifique a été dressée par le Règlement général de police : American Staffordshire, Staffordshire Terrier, Bull Terrier, Fila Braziliero, Tosa Inu, Akita Inu, Dogue argentin, Pitbull, Mastiff, Rhodesian Ridgeback, Dogue de Bordeaux, Rottweiler, Doberman, Berger allemand, Berger lakenois, Berger malinois, Groenendael, Bouvier des Flandres, Bouvier des Ardennes, Cane Corso, Matin de Naples.

Tout chien ayant causé des blessures à des personnes ou à d’autres animaux (en lieu public comme privé) pourra être saisi, en fonction de la gravité des faits et sur décision de la vétérinaire communale. Le·la propriétaire sera tenu·e responsable des actes violents de son chien.

Les NAC

Les « nouveaux animaux de compagnie » (NAC) ne sont plus si nouveaux que ça, et font désormais partie intégrante d’un nombre grandissant de foyers. Sensibles, joueurs, sociaux, ils ont un caractère et une personnalité propres, ainsi que des besoins particuliers. L’adoption d’un NAC doit être un acte mûrement réfléchi – renseignez-vous bien sur ses besoins et sa durée de vie, parfois plus courte qu’un chat ou un chien.

AUTRES ANIMAUX

Si vous souhaitez avoir des animaux de compagnie plus insolites ou exotiques, consultez la liste des mammifères et reptiles autorisés (le Gouvernement wallon projette également d’établir une liste pour les oiseaux). Pour certaines espèces considérées comme potentiellement dangereuses (mygale, python…) ou menacées (chouette chevêche, perruche huppée…), il vous faudra demander un permis d’environnement de classe 2. Les animaux en question ne figurent pas dans cette liste ? Vous devrez alors préparer un dossier de demande d’agrément au ministre (qui ne sera pas accordé de façon automatique). La demande d’agrément coûte 60€ (mammifères) ou 120€ (reptiles) par espèce pour laquelle vous introduisez une demande.

Les Nuisibles ( Pigeons, rats etc…)

Qu’est-ce qu’un « nuisible » ? C’est une espèce qui cause des dégâts importants à une autre espèce, en l’occurrence l’humain, en raison d’un déséquilibre dans l’écosystème et/​ou d’un milieu qui favorise leur prolifération, alors qu’ils n’ont pas ou peu de prédateurs naturels. Il peut s’agir de nuisances sur le plan économique (dégradation de matériel, des cultures et réserves agricoles) ou de la santé publique (vecteurs d’agents pathogènes). Voici les principales espèces envahissantes :

  • Rats et souris : rongeurs de câbles en tout genre et vecteurs de maladies (leptospirose, salmonellose, teigne, hantavirus…) leur prolifération rapide est très problématique.
  • Blattes/​Cafards : attirés par la chaleur des habitations, ils peuvent transmettre des infections (gastro-entérite, hépatite, dysenterie) et également provoquer des allergies.

CONSEILS DE PRÉVENTION

  • Ne laissez pas de nourriture à l’air libre, cela attire les nuisibles. Nettoyez régulièrement la cuisine, en particulier les arrières des meubles, les dessous des cuisinières et frigidaires.
  • Fermez hermétiquement vos poubelles et ne les laissez pas dans un endroit humide.
  • N’entassez pas des débris dans votre jardin (bois, pierres, briques…) : ils peuvent devenir des lieux sécurisants et confortables pour les nuisibles qui s’y installeront.
  • Inspectez votre habitation et comblez les trous et fissures.
  • Il existe aussi des répulsifs (boîtiers à ultrasons, certaines plantes, huiles essentielles…), que vous pouvez mettre aux abords de votre habitation.

EN CAS D’INVASION : contactez le service propreté de la commune ou une société pour procéder à l’élimination des nuisibles ; il est par ailleurs obligatoire d’informer le service propreté de la présence de rats. Voir coordonnées dans « Contacts pratiques ».

LES PIGEONS

En faible nombre, les pigeons sont nos « commensaux » : ils se nourrissent de nos déchets et s’abritent dans nos milieux urbains sans causer de réel préjudice. Cependant, leur reproduction extrêmement rapide peut mener à des nuisances (olfactives, dégradation de matériaux et transmission possible de maladies via leurs fientes) : il est important de NE PAS LES NOURRIR pour LIMITER LEUR NOMBRE.

ET POUR LES AUTRES OISEAUX ? 

Mésanges, hirondelles, moineaux, merles… Ces oiseaux ne sont pas nuisibles et vous pouvez les nourrir avec un mélange de graines adaptées (évitez absolument le pain, très mauvais pour leur digestion et pouvant même les étouffer !), mais seulement durant les périodes de grand froid.

La vétérinaire communal, l’équipe, le conseil consultatif et des conseils

Avec son équipe, composée d’agent.e.s administratifs.ives et d’un agent constatateur spécialisé en bien-être animal, ses principales missions sont :

  • Assurer une surveillance du marché dominical : Suivi sanitaire et vérification des aspects légaux de vente des animaux, contrôle sanitaire des denrées alimentaires et vérification des documents des volants présents en concordance avec le règlement communal ;
  • Assurer le suivi sanitaire des chiens du service canin de la police de Charleroi ;
  • Procéder à la stérilisation et à l’identification des chats errants ;
  • Constater, conseiller et assurer un suivi adéquat concernant les problèmes de bien-être animal et de denrées alimentaires constatés par les autorités communales ;
  • Participer et donner un avis expert scientifique aux réunions communales concernant les problèmes animaliers ;
  • Couvrir les événements où est signalée la présence d’animaux et/​ou de denrées alimentaires ;
  • Lutter contre les maladies des animaux dans le but de promouvoir la santé publique ;
  • Assurer les constats lors de sollicitations pour des problèmes de négligence/​maltraitance animale, établissement d’un rapport (dans le cadre d’une procédure de saisie administrative).
  • Participer à l’animation du Conseil Consultatif du Bienêtre animal 
  • Collaborer avec le service Permis d’environnement, Propreté et nature en Ville.

Si vous souhaitez nous faire part d’une situation particulière en matière de Bien-être animal, contactez le service du BEA au bienetreanimal@​charleroi.​be, 071/86.46.39.

Conseil Consultatif du Bien Etre Animal (CCBEA)

À Charleroi, humains et non humains se côtoient : qu’il s’agisse de nos animaux domestiques (chiens, chats…) ou de ceux avec qui nous partageons l’espace public (pigeons, chats errants, corneilles, hérissons…), on peut dire qu’ils sont devenus de véritables citoyens carolos ! 

Les animaux dans la ville sont une véritable richesse pour leurs cohabitants humains. Partout sur la planète, l’espace habitable des espèces non humaines s’est drastiquement réduit : en grande partie à cause du développement des villes ! La mission principale du CCBEA est de veiller à trouver des solutions en assurant une biodiversité urbaine, au sein de laquelle les animaux puissent trouver leur place. L’habitat de ces animaux étant en général des espaces verts (parcs, jardins, arbres, marais), leur présence favorise et enrichit la dimension végétale de la biodiversité. Il est désormais acquis que notre qualité de vie dépend fortement de cette présence animale et végétale : les plantes et les arbres purifient l’air en transformant le CO2 en oxygène, et les animaux, outre leurs différents rôles dans l’écosystème, nous apportent de la joie en nous montrant d’autres manières d’être vivant.

Plus d’informations ?

SES CONSEILS

Flyer « Consignes en cas de canicule » (en construction)

Flyer « Consignes durant la période de grand froid » (en construction)

ATTENTION AVEC LES FEUX D’ARTIFICE !

Très prisés pendant le réveillon, les feux d’artifice font chaque année plus d’une centaine de victimes humaines, mais sont également très dangereux pour les animaux : les détonations sont une grande source de stress, tant pour nos animaux domestiques à la maison ou en prairie que pour les oiseaux. Leur ouïe étant généralement plus fine que la nôtre, ils sont terrorisés par le bruit, et peuvent se blesser ou même mourir dans leur affolement. Gardez votre animal à l’intérieur dès la tombée de la nuit et fermez rideaux et volets. Laissez la lumière et la télévision allumées afin d’atténuer les bruits et les éclairs, et comportez-vous naturellement pour qu’il n’angoisse pas davantage.

Les feux d’artifices organisés par les particuliers sont interdits, sauf autorisation du Bourgmestre. Veillez dans tous les cas à utiliser des feux d’artifice à bruit contenu.

Contacts pratiques

S.P.A. Charleroi : Rue Jules Ruhl 211 (6032), 071/60.93.11

Service canin (police) : zp.​charleroi.​canine@​police.​belgium.​eu ou 071/86.18.83

Le bien-être animal en Wallonie : http://bienetreanimal.wallonie…

Département de la Nature et des Forêts (animal sauvage blessé) :

Avenue Prince de Liège 15, 5100 NAMUR (Jambes), Fax : 081 33 58 22, e‑mail : pascal.​lambert@​spw.​wallonie.​be

OU rendez-vous sur https://​www​.wallonie​.be/fr

Centres CREAVES (revalidation animaux sauvages) :

  • ASBL L’Arche, Allée du Traynoy 12 – 14, 1470 Bousval (Genappe), 0476/99.81.44 ou 010/61.75.29
  • Birds bay, Allée du Bois des Rêves 1, 1340 Ottignies-Louvain-la-Neuve, 0498/50.14.21 ou 010/61.75.29
  • CREAVES de Jumet (seulement pour les hérissons), Rue Rogier 32, 6040 Jumet, 0475/96.12.69
  • Clos de l’Olivier (seulement pour hérissons et rapaces), Rue du Bourrelier 21, 7050 Masnuy-St-Jean, 0475/92.38.11 ou 065/23.59.75

En cas d’intoxication : appelez le Centre Antipoisons au 070/245.245, informations et conseils sur https://www.centreantipoisons.…

Dératisation et désinsectisation :