Centre Hospitalier Les Viviers: La santé, grandeur... nature

Vendredi 26 Avril 2019 - 15:44

Au printemps 2024, le Centre Hospitalier Les Viviers accueillera son premier patient sur le vaste site éponyme situé en bordure de la route de la Basse-Sambre, à Gilly. Ce vendredi matin, on posait la première pierre de ce futur mastodonte thérapeutique de quelques 900 lits qui réunira en son sein les 5 sites actuels du GHDC. Coût de l’investissement : 500 millions d’euros.

Voilà plusieurs années déjà qu’on évoque la construction d’un tout nouveau centre hospitalier sur le site des « Viviers Réunis », du nom de la société charbonnière qui en exploita les entrailles jusque fin des années ‘50. En fait, près de dix ans, c’est le laps de temps nécessaire qu’il aura fallu pour mener à bien ce projet de premier plan en termes d’offres et de diversité de soins de santé pour Charleroi et sa métropole.

Ce vendredi matin, l’heure était donc à la pose de la première pierre. Un événement symbolique, certes, mais qui n’en marque pas moins le début d’une toute nouvelle étape pour la concrétisation d’un dossier ô combien important dans la perspective des objectifs impartis en matière médicale à l’un des plus grands pôles hospitaliers de Belgique de demain mais aussi, par delà, en matière de redéploiement économique et urbain pour l’ensemble de la porte Est dont il est appelé à jouer, un peu comme son pendant Marie Curie, à l’opposé géographique, le rôle de catalyseur.

Preuve de l’importance du moment, c’était la présence massive des invités qui ont répondu présent à ce rendez-vous. On reconnaissait parmi ceux-ci le président du CA du GHDC, Christian Denée, différents directeurs, des représentants des corps médical et infirmier en nombre, le chef du diocèse de Tournai, Mgr Harpigny, le ministre-président de la Wallonie, Willy Borsus, des députés, le collège communal carolo quasi au grand complet emmené par son bourgmestre mais aussi beaucoup d’autres représentants des forces vives impliquées à un degré ou un autre dans la concrétisation de ce futur fleuron hospitalier.

« Un tel projet, ce n’est pas de tout repos ; c’est un peu comme une course d’obstacles. Loin d’être un aboutissement, la pose de la première pierre n’est que le début d’un chantier hors normes qui nous livrera, au printemps 2024, un nouveau fleuron hospitalier pour la région de Charleroi» indiquait notamment, à cette occasion, Christian Denée. « La pose de la première pierre est une étape importante dans la construction d’un bâtiment. Le GHDC souhaite en faire un moment que chaque membre du personnel pourra s’approprier en développant un concept original : déposer dans un écrin des objets, des lettres, des souvenirs qui évoquent des émotions positives pour en faire le symbole de ce que nous laissons derrière nous mais aussi de tous les espoirs que nous plaçons dans le Centre Hospitalier les Viviers. Il sera placé, quand les travaux de l’hôpital seront suffisamment avancés, dans les fondations. Son emplacement sera ensuite signalé par une dalle, à l’intérieur du bâtiment ».

Un fleuron donc, un écrin pour le dire autrement, « à la mesure de l’expertise dont font preuve les équipes médicales, basé sur une approche transversale et multidisciplinaire qui place le patient au centre de l’organisation », insistait de son côté le Dr Manfredi Ventura, directeur médical.

Je suis très heureux e partager ce moment avec vous; un moment qui rasssemble beaucoup d'enthousisme pour un projet magnifiquement pensé en ce qui concerne sa localisation, son insertion dans un quartier, une ville, toute une région, un projet faisant la part belle aux innovations environnementales et donc résolument tourné vers l'avenir" indiquait pour suivre le ministre-président de la Wallonie, Willy Borsus. Il rappelait que le GW a apporté dans la manne la bagatelle de 300 millions d'euros au travers du vaste plan de redéploiement des infrastructures hospitalières doté de quelques 2,347 milliards d'euros.

"C'est un très, très beau jour; il s'agit d'une étape importante dans un projet que, dès le premier jour, j'ai souhaité soutenir. C'est un projet très important pour notre métropole qui se doit d'offrir des services médicaux bien au-delà de Charleroi. D'ici 5 ans, nous pourrons dire que l'on a reconstruit une offre de soins de santé de qualité au profit de quelque 600.000 habitants. Il s'agit d'un projet exemplaire à tout égard, fondamental non seulement pour rencontrer les missions premières du GDHC mais aussi pour ce qu'il peut apporter en matière de redéploiement économique et urbanistique pour l'Est de Charleroi", ajoutait le bourgmestre.

Le futur Centre Hospitalier Les Viviers réunira donc, à terme, les sites de l'IMTR, Notre Dame, Reine Fabiola, Saint Joseph et Sainte Thérèse. Au sein de plusieurs unités immobilières totalisant quelques 145.000 m². Ainsi que le faisaient remarquer les différents intervenants, le "projet médical favorisera le développement d"une approche transversale et multidisciplinaire qui place le patient au centre de son organisation. Tous les intervenants médicaux, infirmiers, paramédicaux travaillent en partenariat pour la santé du patient. La logique des services hospitaliers fait dès lors place à une organisation en pôles regroupés en fonction de la pathologie ou selon une logique d'organes. Cette organisation est déjà effective actuellement et sera transposée au Centre. A noter que pour répondre aux contraintes budgétaires et à l'évolution de la médecine, le nombre de lits diminuera de 30%. Un nombre croissant d'interventions seront réalisées en hôpital de jour où la durée moyenne de séjour ne dépasse pas un jour ou une partie de la journée".

Mais le futur Centre hospitalier Les Viviers se démarquera aussi par la carte écologique qu'il entend jouer. De l'architecture aux équipements, choix des matériaux en passant par l'aménagement de pistes cyclables, allées, espaces paysagers de 10 ha, la connectivité au réseau de transport public ou au RaVel, la préservation de la biodiversité, à l'instar de l'aménagement d'espaces favorables aux crapauds calamites,... Tout a été imaginé pour faire du CHLV, un "Green Hospital". "Un hôpital dans un tel environnement naturel, c'est rare. Et, au niveau thérapeutique, c'est une chance, une belle opportunité. Le GHDC voit la santé grandeur nature et travaille également à la valorisation de la biodiversité en tant qu'atout thérapeutique: Il veut offrir aux patients et aux visiteurs tout le bénéfice d'un environnement naturel, sain et ressourçant où haute technologie et humanité se conjuguent".

On l'a dit, c'est au printemps 2024 que le Centre Hospitalier Les Viviers sera finalisé. Encore quelques 1800 jours de patience avant de pouvoir profiter de ce nouvel outil à la hauteur des espérances des patients et des professionnels de la santé.