Compte rendu

Compte rendu de la séance du Conseil communal du 21 juin 2006


Conseil communal de juin : Livre blanc et hommes en bleu

Après la lecture et les commentaire du Livre blanc sur la nouvelle gouvernance, présenté en page 2 et repris in extenso sur le site www.charleroi.be, deux représentants de chaque parti démocratiques l’ont signé à l’entame du Conseil.

Hormis l’abstention de l’opposition entière sur les comptes de la Régie des Marchés, l’unanimité était de mise. Les conseillers ont notamment voté la répartition des subsides entre les nombreuses sociétés théâtrales, d’Histoire, d’Archéologie, et les organismes de folklore et de fêtes, de même que l’extension du marché dominical à la rue du Parc, dans sa partie longeant le Parc Astrid.

Ils ont écouté le bourgmestre faire le bilan des sanctions administratives après un semestre d’activité des 29 agents communaux habilités à constater les infractions : 644 comptes-rendus administratifs (équivalent du PV) et 249 avertissements, principalement pour infraction à la salubrité de la voie publique. « Ce n’est qu’un début », a complété Jacques Van Gompel qui souhaite passer à la vitesse supérieure, notamment en habilitant des agents supplémentaires auxquels il faudrait peut-être trouver une appellation moins barbare que l’expression actuellement consacrée d’« agents sanctionnateurs ».

Interpellé par Oivier Chastel (MR) sur 4.500 appels au service 101 non suivis d’intervention, le bourgmestre a dressé un état des lieux de la zone de police et rappelé qu’il avait déterminé les besoins pour remplir les missions de sécurité à Charleroi sans s’en tenir aux normes KUL édictées par le fédéral. « Je le répète et le réclame depuis cinq ans a-t-il ajouté. Loin de s’en tenir aux revendications, la Ville a augmenté la dotation de la police de 7 millions d’euros et agit pour améliorer les locaux et le matériel ». Quant aux appels restés sans suite, il a évoqué le nécessaire ordre de priorité (certains ne réclamant objectivement pas d’intervention d’urgence) établi par le centre d’appel de la police qui en reçoit désormais plus encore, suite à le fermeture de celui de la police fédérale.

Sur les constats et les remèdes, les discours du socialiste et du libéral sont les mêmes : remplir le cadre, être attractif pour les policiers en améliorant leurs conditions de travail et leur salaire, revoir l’organisation. Les deux hommes disent la même chose, à ceci près que Van Gompel insiste sur ce qui a été réalisé et Chastel sur ce qui devrait encore l’être. Oui, ça fonctionne comme ça…

C’est l’échevin Marc Parmentier (PS) qui a ensuite répondu à Malika El Bourezgui sur les expulsions de locataires et la pénurie d’abris de nuit. « Le dispositif n’a pas été adapté à l’augmentation de la demande » regrettait la conseillère Ecolo souhaitant que la Ville et le CPAS jouent un rôle plus central. L’échevin du Logement a fait l’inventaire des nombreuses actions menées pour les mal logés : Carolo Rue, urgence sociale, Ulysse… « Effectivement, le nombre de lits est insuffisant, mais nous risquons un appel d’air et l’arrivée de sans-abris de l’extérieur si nous en créons plus » a-t-il fait observer, ajoutant que la position d’Ulysse en centre-ville était la cause de son engorgement régulier.

En bref

Polémique sur une antenne GSM
– C’est cette fois dans le quartier du Transvaal-Hublinbu et il est question de rentrée tardive d’avis défavorable de la Ville qui aurait entraîné la délivrance du permis par la Région wallonne. Gérard Monseux (PS) a expliqué la relativité de ce lien de cause à effet, la surcharge de travail à l’urbanisme et le remplacement de l’effet Nimby par l’effet Banana (Build Absoluttly Nothing Anywhere Near Anything !).
Coulisses du FN – Le montage raccourci de l’édifiant reportage de Jean-Claude Deffossé à l’attention des écoles a bien été utilisé et intégré dans des projets de cours de plusieurs établissements communaux a répondu l’échevin Demacq (PS) à Manu Simon (Ecolo).
Colloque – Le Conseil a marqué son accord sur l’organisation d’un colloque consacré aux « métiers de la propreté » qui se tiendra le 17 novembre prochain au Bois du Cazier, avec la participation de nombreuses villes dont celle de Paris.